VII. Aux abords de Saturne

Si vous avez manqué les dernières aventures de Vick et Layla, retrouvez-les ici ! Je vous invite à consulter “Mon curieux défi” si vous souhaitez découvrir cette aventure depuis le début.

Sortie de route

Curiosité progresse à vive allure dans le couloir hyper-spatial les menant à destination de Saturne. Layla aperçoit au travers du hublot les planètes déjà visitées qui ne sont plus que de petits astres lointains scintillants à la lumière du Soleil. La petite fille tente d’observer une dernière fois Jupiter laissée derrière eux mais à cet instant, la géante gazeuse n’est plus qu’un point parmi tant d’autres.

– Je me sens si petite papa, j’ai l’impression que notre univers est infini…
– Ce sentiment me semble naturel car par la simple pensée, il semble très compliqué pour le cerveau humain de se représenter l’immensité de notre monde.
– Quelle distance sépare Jupiter de Saturne ?
– A peu près 650 millions de kilomètres, cela équivaut à faire 16 250 fois le tour de la Terre. Il te faudrait vivre un peu moins de 4 000 ans afin de parcourir cette distance à l’aide de tes petites jambes.

La jeune fille scrute le vide profond de l’espace et divague une fois de plus dans ses pensées.

– A quoi penses-tu ma puce ?
– Oh, à rien… Quand serons-nous arrivés ?
– Nous sommes à la moitié du chemin et il nous reste encore 25 minutes de trajet.
– Je suis un peu fatiguée, je vais me reposer un moment.
– D’accord, je te réveillerai quand nous…

Soudain, le vaisseau se met à trembler de toute part et un grincement sort des entrailles de la carlingue. Le conduit rectiligne de l’hyperespace se tord et oblige la navette à changer de cap. Le commandant de bord tente de récupérer son appareil afin de rester en super-navigation mais rien n’y fait. Les vibrations s’intensifient et les alarmes commencent à retentir dans la cabine de pilotage.

– Bon sang, ils nous collent au train ! Layla, largue les dissipateurs thermiques, les moteurs surchauffent !
– Mais je… Comment fait-on ?!
– Utilise les commandes du tableau de bord !
– Où se trouve la fonction papa ? Je n’y arrive pas !

Sous la pression, la petite fille panique et part en sanglots. La chaleur devient insupportable à l’intérieur de la navette et le cockpit se retrouve submergé sous un flot d’alarmes tonitruant. Vick saisit la commande sur la planche de bord tactile et deux énormes disques en fusion s’échappent par la poupe dans le sillage de l’appareil. La température redescend et le bruit des avertisseurs s’estompe. Le pilote essaie de redresser le vaisseau une dernière fois mais trop tard, la contrainte encaissée par le moteur de saut excède les limites et le boyau quantique se brise. Vick et Layla terminent leur voyage au milieu de nulle part et, privé de ses moteurs encore essoufflés, Curiosité dérive dans l’immensité du vide.

– Papa, que nous arrive-t-il ?
– Nous avons été accroché par un interdicteur de saut, un équipement capable d’expulser sa cible de l’hyperespace.
– Mais qui utilise ce genre d’équipement sur des vaisseaux civils ? Des pirates ?
– Ou peut-être un appareil de la fédération à la recherche de criminel. Peu importe, quittons cet endroit, je ne tiens pas à le découvrir… Je m’occupe de rallumer les moteurs principaux, pendant ce temps, surveille attentivement l’écran radar.

Tandis que Vick redémarre les moteurs, le camping-car spatial tournoie lentement dans le vide. A la mise en route des propulseurs, la petite navette freine son inertie et s’immobilise. Le commandant reprend alors les commandes et remet les gaz en direction de Saturne lorsque trois contacts apparaissent sur l’affichage holographique du radar.

– Papa !
– Je les ai vus ma puce. Ne t’en fais pas, nous partirons dans quelques instants, lorsque le moteur de saut aura refroidi. Redirige toute la puissance du générateur dans nos moteurs et mets le reste dans les boucliers, ainsi nous sèmerons peut-être nos poursuivants avant de pouvoir engager le saut.
– Pourquoi un des vaisseaux clignote sur le radar ?
– Il nous a verrouillés. Nous passerons en vitesse subluminique dans une minute, tiens-toi prête Layla !

L’indicateur de refroidissement du moteur quantique passe au vert et le commandant de bord précharge le saut lorsque leur appareil essuie des tirs de balles et de rayons laser.

– Voilà qui devient sérieux, des fripouilles de l’espace ! Layla, attribue toute l’énergie du vaisseau dans ses boucliers, plus que quelques secondes à tenir.

Les petits chasseurs agiles des bandits parviennent rapidement à rattraper leur cible quand brusquement, Curiosité disparaît dans un éclat lumineux laissant la petite bande de pirates derrière lui.

Acrobaties spatiales

– Pourvu qu’ils abandonnent ! Nous verrons cela à notre arrivée. Layla… Viens ma puce.

Quelques larmes suintent encore le long du visage parsemé de fines taches de rousseur de la fillette.

– J’ai cru que nous allions finir comme ce vaisseau près de Vénus… Je suis désolée papa, j’ai paniqué et je n’ai pas pu t’aider…
– Tu es en sécurité avec moi ma chérie, rassures-toi, ton père a plus d’un tour dans son sac ! Cette vermine faisait partie de mon quotidien lorsque j’arpentais les systèmes de notre galaxie.

Le commandant prend sa fille dans ses bras et ses larmes cessent de couler. Elle essuie son visage et enlace son père aussi fort que lui permettent ses petits muscles. Un quart d’heure plus tard, Saturne apparaît enfin devant eux, entourée par de magnifiques anneaux de glaces et de poussières. Le vaisseau débarque juste au-dessus de l’immense étendue de particules et frôle de ses ailes la surface parsemée de débris minuscules.

– C’est fantastique ! Comment sont apparus les anneaux de Saturne papa ?
– De la même façon que ceux de Jupiter. Des amas de poussière et de débris provenant d’une ancienne lune désagrégée ou encore d’une comète capturée par la gravité de Saturne se sont mis en orbite autour de cette géante gazeuse, formant ces anneaux à l’allure d’un disque vinyle.
– C’est quoi un “disque vinyle” papa ?
– Une des prémices de l’enregistrement audio. C’était un support sous forme de grand disque noir utilisé afin d’écouter de la musique, à l’aide d’un appareil appelé “tourne disque”.
– Ecouter de la musique sur un disque… Plutôt étrange comme idée !
– Notre époque a bien changé je te l’accorde.
– A quoi ressemblent ses anneaux de l’intérieur ?
– Et bien c’est ce que tu vas découvrir !

Vick pousse le manche vers l’avant et le nez de l’appareil s’incline aussitôt puis pénètre dans la couche supérieure de l’anneau. Les petites particules de poussière ruissellent le long du fuselage tandis que la navette s’enfonce dans les profondeurs étincelantes de l’amas mystérieux.

– Je trouve cet endroit absolument magique ! De quoi sont composés ces anneaux ?
– Ils s’associent essentiellement de morceaux de glaces et de roches allant du grain de sable à l’astéroïde.
– Et quelle surface mesurent-ils ?
– Du plus éloigné jusqu’aux couches supérieures de l’atmosphère de la planète, les anneaux de Saturne s’étendent sur plus de 280 mille kilomètres. De quoi couvrir 23 allers-retours entre Paris et New-York.

Le vaisseau atteint l’extrémité inférieure de l’amas poussiéreux à peine plus épais que la hauteur d’un immeuble, et se soustrait aux milliers de débris stellaires lorsqu’un avertisseur sonore retentit dans la cabine.

– Plutôt tenaces ces rigolos. Layla, boucle ta ceinture et accroches-toi, ça risque de secouer légèrement !

Les trois chasseurs foncent droit sur la navette prenant aussitôt la fuite en direction de Saturne. L’escadrille se rapproche dangereusement de leur cible et déploie une rangée de canons cachés sous le ventre de chaque appareil,  tandis que Curiosité replonge à l’intérieur de l’anneau. Déterminés, les bandits s’enfoncent à leur tour et continuent la poursuite à travers les débris spatiaux. A porté de tir, les premiers coups de feu jaillissent de la bouche des canons mais les mires, entravées par les fragments de glaces, mènent les projectiles droits sur  les blocs de roche. Slalomant entre les astéroïdes, Vick entame plusieurs manœuvres évasives poussant ses assaillants à suivre son sillage tortueux. Malgré une visibilité réduite, un des pirates parvient à toucher la navette à de multiples reprises et les coups encaissés par le bouclier de l’appareil réduisent son efficacité. Soudain, une alarme éclate dans le cockpit du commandant. Une grappe de missiles se décroche d’un lanceur et fond sur sa cible à une vitesse fulgurante. D’un air totalement décontracté, le pilote continue sa progression en zigzags et largue quelques contre-mesures afin de tromper les têtes chercheuses. Les projectiles se heurtent sur un astéroïde de glace le brisant en mille morceaux, menant un des poursuivants terminer sa course dans les fragments de l’explosion. A cet instant, Vick coupe les moteurs et tire violemment le manche en arrière. Le vaisseau fait volte-face tout en continuant sa trajectoire dans la même direction et le commandant profite d’un face à face avec l’ennemi afin de le réduire en cendres d’un seul coup de canon. Les lourds projectiles tirés à toute vitesse fendent l’adversaire en deux et le tas de ferraille inerte s’écrase sur le flanc d’un rocher. Un petit rictus s’échappe de la bouche du pilote qui reprend les commandes des moteurs en propulsant nerveusement l’appareil dans le sens opposé. Sous les efforts excessifs produis par les puissants réacteurs, la coque de la navette se met à grincer et à trembler de toute part. Vick aligne doucement son réticule sur sa cible et le chasseur devient la proie.

Le calme après la tempête

Pris de panique, le pirate profite de l’agilité de son appareil afin de s’extraire de cette épineuse situation. Refusant un ultime affront, le bandit croise ses opposants à quelques mètres au-dessus de leurs têtes et prend la fuite vers les étoiles.

– Regarde Layla, se lâche bat en retraite. Dommage pour lui, il fallait y penser avant !
– Ne fais pas ça papa s’il te plaît !
– Et pourquoi pas ? Je te rappelle que c’est un criminel.
– Laisse-le partir ! Tu as fait le nécessaire, allons-nous-en maintenant !
– Très bien, comme tu voudras…

Tout à coup, trois chasseurs suivis d’un énorme croiseur de bataille surgissent de nulle part et se précipitent sur les deux vaisseaux. Vick stoppe son appareil et observe la flotte avec prudence, lorsqu’une nuée de projectiles s’abat sur le fugitif. A l’impact, la petite navette se désintègre aussitôt, laissant pour seule trace de son existence des lambeaux de ferrailles flottants à présent dans le vide.

– C’est horrible… Pourquoi ne l’ont-ils pas arrêté ?
– Voilà le sort réservé à ce genre d’individu. La loi intergalactique se doit d’adopter une allure drastique afin de conserver une paix précaire… Bon, soumettons-nous au contrôle des forces fédérales puis continuons notre voyage.

La patrouille encercle le vaisseau et procède aux vérifications. Un interlocuteur s’adresse au commandant de bord et le félicite pour l’exploit accompli. Vick apprend qu’une prime se tenait sur la tête de chacun de ces criminels et qu’il sera grandement récompensé, puis l’homme met fin à la conversation. La flottille se remet en route et disparaît dans un jet de lumière.

– Me voilà chasseur de primes maintenant ! Plutôt risquée comme reconversion, qu’en penses-tu ?
– Très drôle…
– Réflexion futile je te l’accorde… Après tout, c’est une question de point de vue.
– Que veux-tu dire ?
– Je ne vois pas les choses de la même façon. Tu découvres un univers hostile rempli de dangers en tous genres pour la première fois. En grandissant Layla, tu apprendras à tes dépens comment réagir face à certaines situations qui aujourd’hui te paraissent insolites. Il t’appartiendra alors de juger comme bon te semblera. Si j’ai choisi d’abattre cet homme, c’était avant tout pour te protéger. Je n’en tire aucune gloire, simplement un soulagement.
– Je sais papa…
– Bon, et si nous reprenions la route ?

Vick oriente la navette en direction des nuages de Saturne et nos voyageurs perpétuent leur exploration. Le vaisseau vole au-dessus des anneaux jusqu’aux abords de la géante gazeuse et atteint la frontière imaginaire où les particules de poussière se mélangent aux nuages de gaz.

– C’est bizarre, j’ai l’impression que cette planète rayonne de l’intérieur.
– Tu as vu juste !
– Comment est-ce possible ? Je croyais que seul le Soleil émettait de la lumière ?
– Cela reste une question d’énergie. Saturne ressemble beaucoup à Jupiter, à commencer par sa composition. Un petit noyau de métaux et de glaces englobé d’une immense couche d’hydrogène liquide puis gazeux vers la surface, constituent l’ensemble de la planète. Dans les profondeurs, la pression est telle que l’hydrogène liquide devient métallique et des gouttes d’hélium se forment. Attirées par la gravité, elles tombent en pluie sur le liquide métallique et créent de la friction : des frottements importants provocants de l’énergie. Ainsi, la géante gazeuse émet deux fois plus de lumière qu’elle n’en reçoit.
– Ayant la même composition, pourquoi les couleurs de Saturne diffèrent-elles de Jupiter?
– Du fait de sa gravité comparable à celle de la Terre, les gaz se répandent sur plusieurs kilomètres d’altitude à sa surface, reflétant une définition opaque de ses nuages et palissant les couleurs de son atmosphère.
– J’imagine que son orbite autour du Soleil parcourt une grande distance avant de faire un tour !
– Tu commences à comprendre comment fonctionne notre système je vois ! Il lui faut un peu moins de 30 ans avant d’accomplir une révolution complète. Cependant, Saturne tourne presque aussi vite sur elle-même que son homologue géante.
– Est-elle beaucoup plus petite que Jupiter ?
– Pas tant que cela, elle possède une masse 3 fois moins importante que sa grande sœur et en dépit de sa composition gazeuse, sa densité reste très faible. Cela signifie que si cette petite géante tombait dans un gigantesque lac, elle flotterait à sa surface comme un ballon.
– Regarde papa, ce satellite est énorme !
– C’est Titan et tu as raison, sa taille dépasse celle de Mercure. A l’instar de Jupiter, une multitude de petits astres indénombrables orbitent autour de cette jolie planète. Mais Titan reste de loin un simple caillou !
– Papa, emmène-moi là-bas !
– S’il y a une lune à visiter dans ce système, c’est celle-là ! Accroche-toi Layla, cap sur Titan !

Le commandant de bord pointe le nez de l’appareil sur l’astre arborant des couleurs jaunes-orangées et les moteurs du vaisseau rugissent à nouveau. Curiosité s’éloigne de la petite géante et survole une dernière fois l’immense amas de poussière de glace.


Naviguer vers le prochain épisode !

Vous souhaitez aller plus loin ? Je vous propose d’approfondir vos connaissances grâce aux liens d’articles ci-dessous :

– La planète décortiquée

– Le dernier message de Cassini

Vos impressions et vos commentaires seront les bienvenus en bas de cette page !

Citoyennes, citoyens, restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.