Comment photographier la Station Spatiale Internationale ?

Au-dessus de nos têtes orbitent des milliers de mondes, de notre système solaire aux confins de l’espace vide et glacé. Mais aujourd’hui, nous allons rester proche de chez nous en nous intéressant à un objet dont l’orbite se situe entre la Terre et celle de la Lune : la station spatiale internationale.

Capsule Soyouz

Si vous êtes plutôt “photographie planétaire“, ça tombe bien, car la Station Spatiale Internationale en fait partie ! Pourtant, celle-ci est souvent oubliée des astronomes car en fin de compte cet objet provient directement de la Terre, ce qui a pour effet de briser le côté mystérieux de cet objet céleste…

Il n’est pas rare durant la nuit, d’apercevoir la Station Spatiale Internationale traversant le ciel à vive allure, tel un quelconque avion de ligne. Ceci-dit, je ne vous parle pas ici de photographier un fugace point lumineux parcourant la voûte céleste, mais plutôt d’aller y jeter un œil de plus près; de beaucoup plus près… Vous serez alors en mesure de photographier des détails que vous n’auriez jamais pensé capturer, comme l’arrimage de la capsule Soyouz de Thomas Pesquet par exemple ! (Ok là, il fallait prévoir le coup !) 😉

La Station Spatiale Internationale en détail

Souvent abrégée ISS (pour Internationla Space Station), la Station Spatiale Internationale est en fait une sorte de grosse structure composée de plusieurs modules, notamment de panneaux solaires et de modules pressurisés raccordés les uns avec les autres. Si vous préférez, c’est un immense Lego quoi. A l’intérieur, 6 spationautes de nationalités différentes se partagent les 400 mètres cubes habitables destinés aux recherches scientifiques, soi la taille de deux appartements T3 !

Vu de l’extérieur, l’envergure de la station atteint les 110 mètres de long et fait 74 mètres de large, ce qui correspond à la taille d’un terrain de foot. Eh oui, on ne dirait pas comme ça, mais les panneaux solaires prennent de la place ! Sur la balance (une grosse balance), elle pèse environ 400 tonnes ou 10 semi-remorques à vide si vous voulez. Enfin bon, dans l’espace, le poids n’est plus un complexe ! 😉

Station Spatiale Internationale
Station Spatiale Internationale

Lorsque vous regarder la Station Spatiale Internationale, depuis la Terre évidemment, elle orbite à plus de 400 kilomètres d’altitude. En général, les avions de ligne atteignent les 10 kilomètres au-dessus du plancher des vaches, il vaut donc mieux pour nos spationautes ne pas avoir le vertige… Couplée à cette altitude, l’ISS voyage à la vitesse fulgurante de 28 000 kilomètres par heure. Grâce à ces deux paramètres, notre belle Station Spatiale Internationale peut rester sagement en orbite, au-delà des nuages.

Comment la repérer ?

Dans mon article “7 objets observables à l’œil nu“, je vous explique brièvement comment observer l’ISS. Ici, je vais également le faire mais en vous apportant quelques petits détails en plus nécessaires à l’astrophotographie.

Prédire le moment

Donc avant de vouloir la photographier, il est évident que connaître l’endroit et la date précise du passage de l’ISS est primordial, mais pas seulement. Il faut savoir que si vous souhaitez l’immortaliser de près, le seul moyen est de le faire lorsqu’elle est visible. Ah bon ? Sans blague !

Ce que je veux dire, c’est que même si elle se trouve juste au-dessus de votre tête mais aussi dans l’ombre de la Terre, vous ne la verrez pas ! Sauf bien sûr, si elle transit devant la Lune. 😉 Il faut donc attendre l’aube ou le crépuscule, comme vous le feriez pour Vénus. Si la station passe à ce moment-là, elle sera exposée au Soleil et vous aurez la chance de pouvoir l’observer et par la même occasion, de la photographier !

Pour simplifier le tout, des sites web et des applications smartphone sont capables de prédire son passage :

  • Heavens Above est un site web permettant de repérer plusieurs événements spatiaux au-dessus de vous, notamment le passage de l’ISS. L’application smartphone est également disponible !
  • ISS Tracker vous donne la position en temps réel de l’ISS en vue satellite, pratique pour se faire une idée du passage exact et de son orbite.
  • Spot The Station est le site officiel créé par la NASA pour repérer le passage de la Station Spatiale Internationale. Il est en anglais, forcément, mais également assez intuitif.
  • Côté application, à part celle de Heavens Above, vous avez le choix entre Station Spatiale ISS Detector pour Android ou ISS Finder pour iPhone sous iOS.

Il en existe d’autres comme Calsky par exemple, en anglais et un peu moins commode que les autres esthétiquement. Cependant il fonctionne tout aussi bien ! A vous d’utiliser celui qui vous convient le mieux. 😉

La taille apparente de l’ISS

Mais que voit-on exactement dans le ciel ? Eh bien, lorsqu’elle est visible, la Station Spatiale Internationale est un point lumineux plus gros que Jupiter dépassant la magnitude apparente de Vénus. Comment est-ce possible ? Simplement du fait de son envergure et de sa distance par rapport à nous, un peu comme si vous placiez votre doigt à côté de la Lune : vous le verriez plus gros qu’elle.

Quant à sa magnitude, si elle excède celle de Vénus ( qui rappelons-le est l’objet le plus lumineux dans le ciel après la Lune et le Soleil), c’est grâce à ses panneaux solaires et sa structure réfléchissante. Voilà pourquoi il est important de l’observer lorsqu’elle se trouve en plein Soleil !

La technique de capture

La technique de capture de la Station Spatiale Internationale est sensiblement la même que pour celle des planètes : grande focale, suivi, cadrage, mise au point, exposition… Cependant, quelques détails doivent être pris en compte car certaines conditions diffèrent quelque peu.

Selfie d’un spationaute de l’ISS
Le temps d’exposition

Pour commencer, l’ISS est un objet planétaire. Comme l’essentiel des objets planétaires, sa luminosité est assez élevée. Avec une magnitude avoisinant celle de Vénus, il va de soi que le temps de pose devra être court : quelques millisecondes plus ou moins suffiront. Du reste, faites plusieurs essais autour de cette vitesse d’obturation afin d’affiner votre image.

Le suivi de l’ISS

Parlons maintenant du suivi. Là, ça se complique mais pas de panique ! Du fait de sa forte luminosité, le suivi ne sera pas utilisé en pose longue, ce qui va grandement vous faciliter la tâche. Le tout consistera uniquement à garder l’ISS dans le cadre, au risque de prendre une photo… Sans ISS ! La difficulté réside dans la poursuite : la Station Spatiale Internationale se déplace à plus de 1° par seconde sur la voûte céleste, ce qui en français représente deux fois le diamètre de la Lune. Donc en une seconde, l’ISS aura parcouru deux Lune dans le ciel ! Ajoutez à cela une longue focale procurant un fort grossissement : le moindre mouvement sera alors amplifié.

La méthode couramment utilisée consiste à la suivre manuellement à laide d’une monture azimutale, en surveillant la station dans un oculaire réticulé. C’est un peu comme suivre une cible au fusil de précision… Avec un minimum de dextérité et d’adresse, vous devriez y arriver. 😉 Lorsque vous l’avez en plein dans le viseur, faites mouche ! Sinon, vous pouvez toujours vous entraîner sur des avions de ligne en plein jour ou de nuit car ils ont la même vitesse apparente.

Vous pourriez aussi utiliser une monture motorisée, mais en fait non… Le problème est que la précision et le suivi de ces montures ne sont pas adaptés pour la photographie de la Station Spatiale Internationale.

Réglages optiques

J’en parle mais normalement, cela doit être automatique !

Il est donc nécessaire de bien vérifier la collimation de votre tube, c’est-à-dire l’alignement des miroirs afin d’éviter tout défaut visuel par la suite. Veillez à faire correctement la mise au point également. Il se peut, suivant la qualité de votre matériel, que l’ensemble se dérègle légèrement durant la poursuite. Prenez garde au moins à ce que la mise au pont reste la même durant votre balayage sur l’ISS.

Acquisition puis traitement des images

Pour l’acquisition, vous avez le choix. Vous pouvez soi utiliser une caméra, soi un appareil photo déclenché en rafale. Lors du traitement des images, le même procéder qu’en planétaire s’applique : servez-vous du logiciel RegiStax ou d’AutoStakker pour empiler les images et les affiner.

Cependant, la seule différence est que l’orientation de la station varie beaucoup plus vite que celle des planètes. Donc prenez garde à ne pas empiler un trop grand nombre de prises ! Egalement, l’image finale devra être affinée de manière légère car moins le compositage est important, moins il est possible de creuser dans les détails. Si vous forcez trop, le bruit et autres détails parasites s’inviteront !

Le matériel nécessaire

Afin de se lancer à la poursuite de la Station Spatiale Internationale, vous allez devoir vous équiper et pas qu’un peu ! Non je plaisante… En fait, le matériel est similaire à celui utilisé en planétaire, comme vous avez pu vous en douter.

Maintenant que vous savez comment photographier l’ISS, vous allez facilement pouvoir déduire le matériel dont vous aurez besoin.

Pour récapituler, il vous faudra :

  • un instrument doté d’une focale importante, équivalente à 1500 mm ou plus. Aidez-vous des compléments optiques utilisés en planétaire tel qu’une lentille de Barlow pour augmenter la focale de votre tube.
  • une monture azimutale de type Dobson pour un suivi doux et précis. Une azimutale non motorisée fera également l’affaire. Le tout est de pouvoir l’utiliser manuellement.
  • un oculaire réticulé afin de pouvoir suivre et centrer l’ISS au centre du capteur. Si vous n’en possédez pas, essayez avec ceux en votre possession !
  • un appareil numérique pour la capture comme un appareil photo ou une caméra vidéo.

Et bien entendu, emportez avec vous une application smartphone afin de ne pas louper le passage de la station ! Certains astronomes amateurs réalisent même des photographies de transit lunaire de la Station Spatiale Internationale. Libre à vous de révéler votre côté artistique ! 😉

Transit lunaire de la Station Spatiale Internationale

J’espère que cet article vous aidera à réaliser de jolies prise de notre station spatiale. En attendant, n’hésitez pas à partager en commentaire vos questions et remarques, je me ferai un plaisir d’y répondre.

Si cet article vu a plu, je vous invite à le partager au monde entier sur les réseaux sociaux ! 🙂

Restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.