La sonde Parker Solar Probe

Cette fois-ci, je réponds à la question de Sylvain qui s’intéresse aux sondes envoyées vers le Soleil afin de l’étudier de plus près. Il s’agit en effet exclusivement d’actualité spatiale, ce qui sera l’occasion de découvrir autre chose le temps d’une réponse ! 😉

Salut à tous c’est Anthony et bienvenue sur la chaîne des Curieux du Cosmos ! Dans cet épisode, je vais aborder un sujet un peu spécial car il s’agit en fait d’actualité spatiale. J’ai reçu un mail dans lequel Sylvain voulait en savoir plus sur les sondes envoyées vers le Soleil : il y a deux satellites qui viennent de partir pour étudier le Soleil. Je voudrais savoir leur trajectoire, car j’ai vu qu’ils utilisaient l’attraction des planètes de notre système.

Les sondes

Alors oui en effet, en août 2018, la NASA a lancé la sonde Parker Solar Probe en destination du Soleil, un astre familier mais pourtant mal compris… En Novembre de cette même année, la sonde arrivera à proximité de l’étoile afin de récolter des informations sur sa couche la plus externe : la couronne solaire.

En ce qui concerne le deuxième satellite, il sera lancé en 2020 dans la même direction afin, cette fois-ci, d’étudier les vents solaires.

Parker Solar Probe

Mais revenons-en à la sonde Parker. Équipée d’un bouclier thermique en carbone de plusieurs centimètres d’épaisseur, elle est capable d’encaisser des températures proches des 1400° régnant aux alentours de la surface du Soleil. Comparé aux températures faramineuses émanant de notre étoile, ce n’est pas grand-chose, mais rappelons tout de même que la sonde emporte avec elle plusieurs composants électroniques qu’il ne faut pas trop brusquer…

Son voyage

Parlons maintenant de son voyage. Parker Solar Probe a quitté la Terre le 12 août 2018 et a commencé sa progression vers le Soleil. En cours de chemin, les scientifiques ont fait quelques testes de bon fonctionnement afin de s’assurer que la sonde réponde aux commandes. Diverses mesures ont été effectuées et le télescope embarqué de la sonde a pris ses premières photos : de magnifiques images de notre galaxie.

C’est par assistance gravitationnelle que la sonde parcourra ses 24 passes aux environs du Soleil. Début Octobre, elle est arrivée à proximité de Vénus. En utilisant la force de gravité de la planète, la sonde sera de nouveau catapultée vers le Soleil sans dépenser un gramme en carburant. C’est ainsi, en bénéficiant de cet effet de fronde, qu’elle orbitera durant sept années autour du Soleil.

La sonde la plus rapide de l’histoire

Chaque passage en banlieue de l’étoile rapprochera la sonde de cette dernière jusqu’à atteindre le périhélie, le point de son orbite le plus proche du Soleil. A ce moment, la sonde atteindra des vitesses vertigineuses encore jamais atteintes par un engin spatial : 200 km/s. De quoi faire un Paris – New-York en seulement 30 secondes ! Et ça bien sûr, grâce à l’attraction gravitationnelle énorme de l’étoile.

Voilà, c’est à peu près tout ce qu’il faut savoir sur le déroulement de cette mission. Si l’actualité spatiale vous intéresse, je vous invite à aller voir la chaîne de Hugo Lisoir qui en parle beaucoup mieux que moi !

Quant à nous, on se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle vidéo sur l’astrophotographie. N’oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement mon livre qui se trouve en bas, dans la description. Et surtout, n’oubliez pas de vous abonner si vous voulez être au courant de toutes les nouveautés de la chaîne et du blog !

Mais en attendant, restez curieux !

Allez, ciao !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.