IX. Aux frontières de Neptune

Si vous avez manqué les dernières aventures de Vick et Layla, retrouvez-les ici ! Je vous invite à consulter “Mon curieux défi” si vous souhaitez découvrir cette aventure depuis le début.

Loin de la Terre

A l’horizon, une planète bleue saphir apparaît devant les frontières du système solaire. Neptune, dernière étape de leur fabuleux voyage, flotte sur la huitième orbite autour du Soleil et révèle à cet instant ses sombres anneaux.

– Nous y sommes Layla, la dernière planète de notre système se trouve juste devant nous.
– Encore une géante gazeuse ?
– Une géante glacée précisément. A quoi le vois-tu ?
– Elle a des anneaux.
– Oui, comme toutes les planètes gazeuses du système solaire. Cependant, dans notre univers, certaines planètes telluriques possèdent des anneaux. Ce critère est donc à exclure. Par contre, les planètes gazeuses tournent beaucoup plus rapidement sur elle-même et sont aussi plus grosses.
– Au premier coup d’œil, il est difficile de distinguer la taille et le temps de rotation d’une planète…
– Voilà pourquoi nous les observons, afin d’en apprendre plus à leur sujet !
– Qu’as-tu à me dire sur Neptune ? Je parie que sa ressemblance avec Uranus est frappante !
– Ta logique l’emporte car Neptune contient la même atmosphère et tire sa couleur bleue de sa fine couche de méthane. Ses mensurations sont proches de celles d’Uranus et comme tu l’as remarqué, elle possède un système d’anneaux.
– A quelle distance du Soleil se trouve cette planète ?
– Neptune orbite à plus de 30 fois la distance Terre-Soleil. De ce fait, sa révolution autour de notre étoile dure 165 années terrestres, soit plus d’une vie entière…
– Il doit faire horriblement froid par ici.
– Certainement ! C’est la plus froide des planètes que compte notre système, avec des températures de surface proches du zéro absolu.
– Qu’est-ce que le “zéro absolu” papa ?
– La température la plus basse qui existe dans l’univers, à -273°C.
– Pourquoi ne peut-on pas descendre en dessous ?
– Sache une chose : le froid est tout simplement l’absence de chaleur. Si tu vides l’espace de la moindre particule de chaleur, alors la température atteint son minimum.
– J’appellerais plutôt cela le “froid absolu”…
– C’est à toi de voir… Au fait, sais-tu qu’il “pleut” des diamants sur ces deux planètes ?
– Vraiment ? Comment est-ce possible ?!
– En dépit de la pression intense régnant au cœur de leur atmosphère, les particules d’hydrogène “éclatent” pour se transformer en diamant, ruisselant vers le noyau rocheux.
– Ces géantes de glace me fascinent ! Qu’en est-il des satellites de Neptune ?
– Neptune comporte 14 satellites rocheux dont Triton, une sphère glacée dérivant progressivement vers sa planète. Nous pensons que cette lune provient de la ceinture de Kuiper, un endroit situé au-delà de Neptune dans lequel orbite des dizaines de milliers d’astéroïdes, ainsi que quelques planètes naines, comme Pluton.
– Mais alors, où se trouvent les limites de notre système ?
– Là où les comètes résident, dans le nuage d’Oort. Invisible car trop dispersé, il délimite les frontières de notre système solaire.
– Papa, restons encore un peu dans l’espace, montre-moi à quoi ressemble l’au-delà des frontières !
– A ce rythme, autant partir visiter un autre système ! Mais pour l’heure, nous devons rentrer sur Terre, le vaisseau a besoin d’entretien et toi, de reprendre l’école.
– Alors faisons juste un tour après la ceinture de Kuiper puis rentrons à la maison, s’il te plaît !
– Une vraie tête de mule… C’est d’accord, mais pas plus loin.

Le vaisseau quitte Neptune et s’enfonce dans les profondeurs cosmiques, loin de toute civilisation.

Face à l’inconnu

Pour Layla, le dernier voyage vers l’inconnu débute. A mesure que la navette s’éloigne du Soleil, les étoiles tapissant l’immensité du vide libèrent plus intensément leur lumière. Un magnifique tableau immaculé de petits points minuscules scintillants sous le regard de la petite fille expose un décor époustouflant. Plus resplendissante que jamais, la Voie Lactée parsème au milieu de l’espace ses vives couleurs chatoyantes et guide nos explorateurs à travers les confins de notre monde.

– J’ai si hâte papa…
– De quoi ?
– De grandir afin de pouvoir explorer la galaxie…
– Tu sais, à ton âge, nous voudrions faire un tas de choses, puis finalement, la vie devient tout autre… Cependant, si tu t’accroches très fort à tes rêves, saches qu’un jour ils se réaliseront.
– Oh oui papa, rien ne pourra m’arracher l’envie de parcourir ce monde librement. Sommes-nous déjà allé dans une autre galaxie ?
– Notre plus proche voisine se nomme Andromède. Dans l’univers, rien ne peut dépasser la vitesse de la lumière, c’est un principe fondamental. Si nous parvenions à voyager à cette même vitesse, nous mettrions 2,5 millions d’années avant d’atteindre cette galaxie pourtant si proche à l’échelle de l’univers. Autant admettre que les solutions actuelles nous contraignent à rester ici quelques années durant…
– Tant pis… De toute façon, la Voie Lactée est bien assez vaste !
– Oui et ne t’inquiète pas ma puce, dans 15 ans, nombreux resteront les mondes inexplorés ! Il t’appartiendra alors de les nommer comme bon te semble !
– Vraiment ? Je pourrai appeler une planète Layla par exemple ?
– Ou un système tout entier si cela te chante ! Ainsi, tu entreras dans l’histoire de l’exploration interstellaire !
– Et toi papa, n’as-tu jamais eu envie d’arpenter la galaxie à la recherche des secrets de notre univers ?
– Si, bien évidemment. Mais j’ai rencontré ta mère puis tu es née. Il fallait choisir entre une vie de famille et celle d’un explorateur souvent parti à l’autre bout du monde. J’ai pris les deux.
– Que veux-tu dire ?
– Une fois tes études terminées, je pense qu’il sera temps pour nous de partir à la conquête des mystères du cosmos, qu’en penses-tu ?
– Je… C’est… Oh papa ! Je t’aime tu sais, quelle merveilleuse idée !
– Je me doutais qu’elle te plairait.

Vick et Layla continuent leur route et atteignent bientôt la limite externe de la grande ceinture de Kuiper. Tandis que le vaisseau trace à toute vitesse dans le couloir quantique, les frontières de notre système se rapprochent lentement et nos explorateurs pénètrent enfin dans l’immense nuage d’Oort.

– Où sommes-nous ? Les astéroïdes ont disparu !
– Nous voilà arrivés dans le nuage d’Oort ma puce.
– Mais je ne vois aucun nuage !
– Comme je te l’ai expliqué, ce gigantesque amas contient des milliards de comètes gelées. Contrairement aux ceintures d’astéroïdes orbitant autour du Soleil, ce nuage forme une sphère englobant entièrement notre système. A partir d’ici, ton imagination est mise à rude épreuve car dans cet endroit, la conception que nous avons de notre monde change brusquement. Chaque élément de ce nuage est aussi distant de son plus proche voisin, que la Terre de Saturne.
– Alors c’est ici que se termine notre voyage ?
– Précisément, car si nous continuons plus loin, nous quittons le système solaire et errerons dans le vide intersidéral.

Aux portes du nuage, le vaisseau prend son essor vers les abysses infinis de l’espace. Par le hublot, Layla regarde le Soleil s’éloigner. A cette distance, les rayons lumineux de l’étoile semblent ne jamais parvenir aussi loin et pourtant, l’astre continue de briller au milieu de ses huit planètes, à présent imperceptibles.

– J’espère ne pas avoir le mal de Terre en rentrant, je vais devoir me réhabituer aux bruits ambiants de la vie terrestre… Papa !

La fillette pointe du doigt le tableau de bord sur lequel un voyant rouge se met à clignoter.

– Qu’est-ce que…

Le commandant appuie sur un petit bouton et tout à coup, un son…

– Le signal, c’est encore lui !

Cette fois, le bruit émet de petits craquements mais derrière cette agitation, Layla reconnaît un son familier.

– Papa, écoute… De la musique !

Comme à son habitude, l’étrange brouhaha s’amplifie quand soudain, un gémissement surgit des écouteurs de la cabine. L’écho résonne un moment lorsque la radio se coupe dans un grincement strident.

– Arrêtons-nous ici, cela ne me dit rien qui vaille…

Au moment où Vick s’apprête à sortir de l’hyperespace, le vaisseau perd sa trajectoire. D’un instant à l’autre, l’appareil se retrouve projeté dans les ténèbres de l’espace. Figé au beau milieu du néant, nos explorateurs reprennent leurs esprits lorsque Curiosité les abandonne. Les moteurs s’arrêtent et les générateurs cessent de fonctionner, laissant ainsi l’obscurité pénétrer l’intérieur de la navette. En peu de temps, le froid envahit l’habitacle et sur la verrière du cockpit, de petites nervures de glace se forment dans un craquement sinistre.

– Papa… Dis… Dis-moi que…

En levant la tête, la petite fille sursaute et pousse un cri perçant. A cet instant, une ombre lugubre se hisse lentement au-dessus du poste de pilotage et sur son crâne, les cheveux du commandant de bord se hérissent. Une sombre silhouette se dessine et devant nos voyageurs pétrifiés apparaît une imposante masse flottante de la taille d’un avion de ligne. Dans son sillage, la chose inquiétante traine de fins filaments rouges laissant sur son passage des vagues de chaleur ondulantes. Le corps obscur dépasse la petite navette avant de faire demi-tour, dévoilant une forme nébuleuse illuminée de l’intérieur par de vives couleurs turquoise et or. En son centre, le spectre de fumée colorée laisse entrevoir la surface d’un ellipsoïde en verre sur lequel se reflète le petit camping-car spatial.

– J’ai peur papa…
– Surtout, ne fais aucun geste brusque. Reste tranquillement assise…

Vick termine à peine sa phrase qu’un son criard s’échappe de la chose étrange et le nuage aux couleurs rassurantes se teinte de rouge. Soudain, un flux de lumière jaillit de la forme spectrale, accompagné d’un grincement fracassant. Aveuglés, les occupants du vaisseau détournent le regard et ressentent une vive douleur aux tympans. Après quelques secondes, Layla perd connaissance quand tout redevient paisible. Le commandant retrouve sa fille évanouie sur le sol tandis que leur mystérieux inconnu disparaît sans laisser de trace.

– Layla ! Layla réveille-toi !

Inerte, la petite fille aux cheveux roux reste étendue sur le plancher de l’appareil. Un cliquetis retentit puis le vaisseau redémarre brusquement, ramenant une atmosphère sereine dans la cabine. Le commandant en profite pour ôter le casque de Layla qui lentement revient à elle.

– Papa ? Où est-ce qu’on est ?…
– Toujours au même endroit ma puce, tu te rappelles ?
– Oh… Ma tête… Que s’est-il passé ?
– Tu t’es évanouie après que cette chose…
– Qu’est-ce que c’était ? Elle est partie ?…
– Je n’en sais rien… Mais elle n’est plus là. Nous devons rentrer immédiatement sur Terre, je dois faire part de cet évènement au Centre de Recherche Galactique.
– Tu crois que c’est une bonne idée ? Comment ces personnes vont-elles réagir ?
– J’ai quelques contacts de confiance auxquels je vais pouvoir communiquer cette affaire. Vas te reposer, le retour sera long.

Encore engourdie, la fillette se relève maladroitement. Aidée par son père, elle gagne le petit lit superposé de la cabine et s’allonger de tout son poids sur son matelas en mousse. Vick l’embrasse doucement sur le front puis retourne au poste de commande. Les yeux à mi-clos, Layla entend le bruit des moteurs annonçant le départ pour la Terre puis se laisse emporter par le sommeil. Ses paupières se ferment, sa respiration ralentie et toutes ses pensées disparaissent. Petit à petit, la réalité cède la place aux rêves et à l’évasion, ainsi débute son infini voyage vers des contrées inconnues…


C’est ici que prend fin notre histoire, aux confins de notre système solaire, à la frontière d’un monde où personne n’est jamais parvenu…

Si cette aventure vous a plu, je vous invite à la partager. Dans le cas contraire, j’espère que vous aurez appris des choses intéressantes vous ayant permis d’élargir votre vision sur le monde qui nous entoure.

Comme d’habitude, je vous propose d’approfondir vos connaissances grâce aux liens d’articles ci-dessous :

– Une huitième planète ?
– Prévision : averse de diamants !

– La ceinture de Kuiper

– Le nuage d’Oort

Prenez le temps de me laisser un petit commentaire en bas de cette page si vous le désirez.

En attendant, citoyennes, citoyens, restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.