III. Splendide Vénus

Si vous avez manqué les dernières aventures de Vick et Layla, retrouvez-les ici ! Je vous invite à consulter “Mon curieux défi” si vous souhaitez découvrir cette aventure depuis le début.

Sœur jumelle

Dans le couloir quantique, les planètes défilent à une vitesse fulgurante au travers du cockpit. En moins de cinq minutes, Curiosité atteint sa destination et la vision distordue créée par le moteur de saut se dissipe. A cet instant, un spectacle éblouissant s’offre aux yeux de nos voyageurs.

– Regarde Layla, le Soleil décline sur Vénus ! Prenons un moment afin de contempler ce magnifique spectacle.

Au croisement de l’atmosphère, la lumière blanche de l’étoile se disperse en une multitude de couleurs. Un splendide arc-en-ciel se dessine le long de l’épaisse couche de gaz. Peu à peu, le soleil disparaît derrière la planète et un halo lumineux se forme autour de la silhouette sombre de Vénus.

– Je n’ai jamais vu un tel coucher de soleil ! Comment se fait-il qu’il soit multicolore papa ?
– C’est à cause de l’atmosphère vénusienne, elle disperse la lumière du Soleil grâce au phénomène appelé diffraction : la séparation de la lumière blanche en plusieurs couleurs. Sur Terre, la même chose se produit lorsqu’un rayon de soleil traverse les gouttes de pluie. La lumière se décompose et un arc-en-ciel apparaît.
– Est-ce que Vénus possède une lune ?
– Non, elle est dépourvue de satellites. Son authenticité réside dans le fait que sa rotation soit rétrograde, cela veut dire qu’elle tourne dans le sens inverse à celui des autres planètes de notre système.
– Le temps tourne aussi à l’envers ?
– Bien sûr que non ma puce, c’est impossible. En revanche, sur Vénus le temps semble long car un jour vénusien dure un peu plus longtemps qu’une année vénusienne, qui est de 225 jours terrestres. Ce qui signifie qu’elle met autant de temps à faire un tour sur elle-même qu’à tourner autour du Soleil.
– Cette planète me paraît bien différente de Mars et de la Terre…
– Détrompes-toi, on dit parfois que Vénus est la sœur jumelle de la Terre car elles sont nées en même temps et dans le même nuage de gaz et de poussière. Cependant tu as raison car, du point de vue de leur composition, ces deux planètes présentent d’importantes disparités. Allons contempler Vénus en plein jour afin que tu puisses le constater.

Le commandant contourne la planète en direction de la face ensoleillée et la magie du panorama diapré renaît. Lentement, l’étoile refait surface derrière l’horizon et illumine de ses rayons  l’intérieur de la cabine. L’ombre occultant la planète glisse progressivement sur son atmosphère laiteuse, dévoilant peu à peu sa couleur jaunâtre.

Quelques divergences

– On aperçoit seulement de gros nuages jaunes d’ici papa !
– C’est du gaz carbonique Layla, le même que rejettent nos voitures de leurs pots d’échappement. Toutefois, l’atmosphère de Vénus en contient une grande quantité, ce qui la rend très toxique.
– Qu’y a-t-il en dessous alors ?
– Si tu parviens à traverser ces épais nuages, tu atterriras sur d’immenses plaines volcaniques, de plateaux et de montagnes comme sur Terre. La grande différence est que Vénus n’abrite pas la vie.
– Mais nous pourrons quand même y aller ?
– Ma puce, je te promets que nous poserons le pied sur notre prochaine destination. Vénus reste un endroit rudement hostile et les premiers robots ayant atterri sont tombés en panne deux heures après avoir touché le sol. L’atmosphère effroyablement lourde te donnerait l’impression d’être à plus de mille mètres sous l’eau et l’acide contenu dans l’air rongerait nos combinaisons. Nous finirions brûlés par la température extrême causée par l’effet de serre et tout ceci sans compter les vents violents balayant les couches en surfaces de l’atmosphère…
– D’accord oui j’ai compris ! Alors continuons notre route s’il te plaît. Je veux découvrir une autre planète.
– Nous venons à peine d’arriver, es-tu certaine de vouloir repartir ?
– Oui, j’aimerais contempler une planète ailleurs que depuis ce vaisseau…

Vick soupire et hoche la tête en signe d’acquiescement. Il entre les coordonnées de la prochaine destination dans l’ordinateur de bord et enclenche le moteur de saut quand soudain, un signal non identifié apparaît sur l’écran radar. Le pilote rompt la séquence de chargement du moteur, verrouille le signal et le scan. Après quelques secondes, le résultat indique la signature d’une épave.

– Papa, crois-tu que des personnes soient en danger ?
– Aucune idée, nous allons lever cette incertitude.

Livraison express…

L’émission du signal s’intensifie à mesure que la navette se rapproche de la zone. Des milliers de débris tournoient dans le vide, scintillant à la lumière du soleil. Curiosité se fraie un chemin parmi les décombres quand nos deux voyageurs constatent avec stupeur la carcasse démantelée du vaisseau.

– Une navette de marchandises provenant du système Alpha du Centaure. Regarde Layla, le symbole peint sur son aile. Je pense qu’il devait se rendre à la station orbitale de Titan, un des satellites naturels de Saturne afin de la ravitailler.
– Qui a pu faire ça papa, des pirates ?
– Probablement oui, un raid organisé par des bandits pilleurs de frets sans doute.
– C’est horrible…

Le fuselage criblé d’impacts laisse entrevoir au travers de petites étincelles jaillissant des câbles arrachés. Des fragments de verres flottent dans les décombres du cockpit et révèlent la violence de l’agression.

– Où est l’équipage papa ?
– Je n’en sais rien Layla… Peut-être que les secours sont déjà passés et les occupants sont sains et saufs.
– Quittons cet endroit, je me sens mal à l’aise ici…
– Tu as raison. Visiblement, nous ne sommes d’aucune utilité.

Un éclair suivi d’un bruit sourd jaillit de l’espace, succédé par deux autres. Trois vaisseaux armés foncent à toute vitesse vers la zone de l’épave.

– Layla, accroches-toi !

Vick tire le manche et l’appareil fait volte-face. Il crante la manette des gaz en buté et enclenche la post-propulsion. Le boost phénoménal des réacteurs expédie le vaisseau hors de l’amas de débris lorsqu’une alarme retentit. Un des poursuivants verrouille la navette et tente d’établir la communication. La voix d’un homme raisonne dans les haut-parleurs de la cabine leur indiquant qu’il s’agit d’une patrouille de la fédération. La pression retombe subitement à l’intérieur du vaisseau mais la fillette reste crispée à son siège. Connaissant la procédure, Vick immobilise l’appareil afin de se soumettre au contrôle des forces. Les trois agents fédéraux encerclent le vaisseau et débutent leur analyse. La formalité établie, un des policiers leur conseille de quitter les parages car des pirates sont bien à l’origine du crime. Vick lui explique la situation puis lui transmet son ressenti sur l’évènement. L’agent le remercie et la patrouille s’éloigne du vaisseau avant de disparaître dans une brève détonation.

– Faut-il s’inquiéter de ces bandits papa ?
– En ce qui nous concerne, non. Ils convoitent surtout les marchandises. Si notre soute reste vide, alors ils garderont leurs distances. Malheureusement, ce convoyeur était une cible de choix. N’ayant aucune escorte et dépourvu d’armes, je dirais presque qu’il cherchait les ennuis.
– S’il te plaît, partons tout de suite.
– Oui ma puce, mettons-nous en route.

Le bourdonnement du moteur s’intensifie et le compte à rebours se déclenche. Quelques secondes plus tard, les voilà projetés dans un conduit distordu tandis que derrière eux, Vénus s’éloigne à toute vitesse.


Naviguer vers le prochain épisode !

Vous souhaitez aller plus loin ? Je vous propose d’approfondir vos connaissances grâce aux liens d’articles ci-dessous :

– L’Etoile du Berger
– Quelques similitudes

Vos impressions et vos commentaires seront les bienvenus en bas de cette page !

Citoyennes, citoyens, restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages
  • 12
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.