II. Mars après l’Homme

Si vous avez manqué les dernières aventures de Vick et Layla, retrouvez-les ici ! Je vous invite à consulter “Mon curieux défi” si vous souhaitez découvrir cette aventure depuis le début.

Lourd constat

De petits débris flottent autour du vaisseau et la redondance des alarmes emplit la cabine. Le commandant de bord restaure le silence et rejoint aussitôt sa fille.

– Layla tu n’as rien ?
– Ça va oui… Que s’est-il passé papa ? Nous étions sur la Lune quand d’un seul coup…
– Je n’avais pas le choix, nous aurions pu y rester. J’ai utilisé le moteur quantique afin de fuir cet endroit. Je me demande d’où proviennent ces météorites, cela fait bien longtemps que les bombardements lunaires ont cessé.
– Tu ne m’as jamais parlé de moteur quantique…
– C’est un réacteur permettant de voyager sur de longues distances très rapidement. La découverte technologique qui a permis à l’Homme d’explorer notre galaxie il y a des centaines d’années.
– Pourquoi ne l’as-tu pas utilisé pour aller sur la Lune ?
– Car cela aurait été risqué. Ce moteur fonctionne en compriment le vide spatial entre deux corps dans l’espace afin de réduire les distances qui les séparent. Toutefois, si un objet massif se trouve à proximité, il perturbe la compression. Sauter de la Terre à la Lune aurait pu endommager notre moteur, ce qui finalement est arrivé et j’ai peur qu’il soit hors-service…
– Donc nous sommes bloqués ici, au milieu de l’espace ?
– Pas vraiment, regarde.

Il pointe du doigt le hublot tribord du vaisseau. Layla penche son visage tacheté de fines rousseurs et distingue sur le fond noir un monde rouge-orangé.

– C’est Mars papa ?
– Tout à fait ma fille. Cependant, quelques vérifications s’imposent avant de pénétrer l’atmosphère martienne. Le moteur quantique est fichu et la coque est sérieusement endommagée. Je vais sortir du vaisseau pour examiner les dégâts causés par cette pluie de roches. Pendant ce temps, essaie de remettre un peu d’ordre dans l’appareil.

Le sas se dépressurise et la porte arrière s’ouvre. Vick se jette dans le vide et se dirige vers le flanc droit du vaisseau à l’aide des petits propulseurs de sa combinaison. Il allume sa lampe-torche afin de procéder aux vérifications. La coque présente quelques rayures mais rien n’inquiète le commandant aguerri, quand une des entrées d’air du moteur attire son regard. La grille protégeant l’accès a disparu. Vick s’approche et constate avec effroi les dommages causés par une météorite logée dans le compresseur d’air. Il tente d’extraire l’indésirable en vain puis finit par retourner à l’intérieur de la navette.

– Désolé Layla, je pense que nous visiterons Mars plus tard… Une météorite a endommagé un des moteurs atmosphériques du vaisseau. Nous allons donc passer quelques jours dans la station spatiale de la planète afin d’effectuer les réparations nécessaires.
– Mais il nous reste encore un moteur ! Je veux y aller papa !
– Non ! Si ce moteur tombe en panne lors de la descente atmosphérique, c’est en morceaux que nous finirons !
– Mais on pourrait…
– Arrête Layla ! Il est hors de question de risquer inutilement nos vies pour quelques caprices ! Ecoute, je ne peux rien te promettre, mais si le vaisseau est réparé à temps je t’emmènerai sur la planète. Allez, ne traînons pas ici.

La petite fille se résout une fois de plus, admettant finalement son comportement démesuré. Tous deux prennent place dans le cockpit et Vick relance les moteurs. Il entre les coordonnées de la station spatiale, oriente le cap sur sa trajectoire et remet les gaz.

Terraformation

Curiosité approche peu à peu de sa destination quand Layla aperçoit quelque chose sortant de l’ombre de la planète rouge.

– Regarde papa, on dirait un astéroïde !
– C’est Phobos, un des deux satellites naturels de Mars et le plus imposant. L’autre se nomme Déimos, tu le verras sûrement dans quelques heures. Ces deux gros cailloux ont une particularité, ils sont synchrones. C’est-à-dire qu’ils montrent toujours la même face en tournant autour de la planète.
– Je pensais que toutes les planètes avaient une lune comme la Terre…
– Pas forcément, tout dépend de la formation du système. D’ailleurs, Mars finira un jour par perdre ses deux satellites. Du fait de leurs orbites, Déimos s’éloigne petit à petit de la planète et Phobos s’en rapproche. D’ici des millions d’années, l’un quittera Mars et l’autre s’écrasera dessus.
– Pourquoi surnomme-t-on Mars “la planète rouge” ? Je vois des océans pourtant !
– C’est le résultat de la terraformation, le fait de transformer une planète stérile en monde habitable, comme la Terre. Dans les années 2000, Mars n’était qu’un immense désert rouge. Cette couleur provenait du sol martien qui contenait de l’oxyde de fer, que tu préfères appeler rouille. L’air demeurait irrespirable pour l’Homme et les températures restaient négatives toute l’année. La présence de glace confirma la possibilité de semer la vie sur cette planète. Nos nouvelles technologies ont permis le développement d’une atmosphère plus dense et respirable pour les humains. La température augmenta sous l’effet de serre et la glace se mit à fondre créant de petits océans. Ainsi, le cycle de la vie se déclencha.
– J’aimerais tant connaître la vie sur Mars… Comment sont les jours là-bas ?
– Ne t’en fais pas ma fille, tu as eu la chance de naître assez tard pour cela. Un jour se dit “sol” sur la planète rouge et reste aussi long que sur Terre. Par contre, une année martienne équivaut à deux années terrestres, ce qui veut dire que le Père Noël ne passe qu’une fois tous les 2 ans…
– C’est aussi une chance que d’être née sur Terre !
– Regarde, on aperçoit l’Olympus Mons d’ici !
– L’Olympus quoi ?
– La montagne la plus haute du système solaire ! Elle est trois fois plus grande que le mont Everest !
– C’est très haut ça ?
– Si tu veux tout savoir, l’Everest fait presque 9 kilomètres de hauteur, c’est comme si tu grimpais trente fois la Tour Eiffel… Ça y est, nous arrivons à destination !

Nouvelles galactiques

La station prend forme à mesure que le vaisseau se rapproche, laissant deviner les quelques kilomètres de modules et de panneaux solaires qui la composent. Vick prend alors contact avec la tour et demande l’autorisation de se poser. Une voix féminine lui répond et lui accorde un atterrisse sur la plateforme 36. Vick manœuvre la navette et s’aligne face à l’entrée du spatio-port, une immense sphère métallique accueillant le trafic par un unique orifice rectangulaire. Le pilote régule sa vitesse et franchit le seuil de l’édifice. Le vaisseau pénètre alors un écran bleu pâle et le silence du vide disparaît soudainement. Le vacarme des moteurs et l’écho des annonces de la tour résonnent à l’intérieur de l’immense gare spatiale. Complètement noyés dans cette incroyable agitation, les repaires de Layla se dérobent. L’architecture sphérique du bâtiment permet facilement à Vick d’identifier sa zone d’atterrissage située au-dessus de sa tête. Curiosité se rapproche de la plateforme et les trains de l’appareil se déploient. L’animation holographique du tableau de bord affiche alors une aire d’appontage virtuel afin de guider le pilote durant sa phase. A deux centimètres du sol, le verrouillage magnétique cloue la navette dans son emplacement et la voix féminine retentit à nouveau leur souhaitant un agréable séjour.

– Détaches-toi ma puce, récupère tes affaires et suis-moi. Je dois réserver notre escale et demander une remise en état du vaisseau.

Ils quittent la zone d’atterrissage et se dirigent vers le sas des visiteurs. Le réceptionniste leur souhaite la bienvenue et Vick lui transmet sa demande. L’homme leur attribue un passe de cabine et envoie le vaisseau en réparation. Derrière la baie vitrée, Layla observe la navette disparaître dans la soute du hangar.

– Notre cabine se trouve au niveau 3, viens Layla.

Ils parcourent un moment les dédales de la station avant de rejoindre leur chambre. Vick déverrouille l’entrée à l’aide du badge magnétique et découvre une pièce à peine moins grande qu’une chambre d’enfant, équipée de deux lits et d’un écran de verre accroché au mur.

– Je peux regarder la télé papa ?
– Bien sûr, mais laisse-moi d’abord regarder le journal du Gal’action.

Elle allume l’écran sur la chaîne des nouvelles galactiques puis s’affale sur son petit lit, attendant que son père cède la place.

– Ecoute Layla ! Ils parlent d’un incident de minage dans la ceinture d’astéroïdes ! Apparemment, des pirates de l’espace auraient attaqué les vaisseaux des mineurs et les plateformes de raffinerie  afin de s’emparer des ressources. Suite aux bombardements, plusieurs éclats d’astéroïdes se seraient répandus dans le système solaire. Certains affirment que… la pluie de météorites observée récemment sur la Lune proviendrait de ce conflit ! La situation s’éclaircit ! Je vais devoir prendre des précautions si des bandits de l’espace arpentent notre système solaire… Reste ici Layla, il faut que je retourne voir le réceptionniste.

Après trois jours d’escale dans la station orbitale, Vick et Layla retrouvent enfin leur appareil flambant neuf.

– C’est notre vaisseau papa ? Il est magnifique !
– Les mécaniciens ont bien travaillé je dois l’avouer, et la peinture est superbe !
– Ce sont des canons à l’avant ?
– Oui, je les ai fait monter par simple précaution, ainsi qu’un générateur de bouclier. Une garantie supplémentaire contre toute menace extérieure.

Ils embarquent dans la navette, Vick démarre les moteurs et entame la procédure habituelle. Une fois l’autorisation de décollage obtenue, l’appareil s’arrache à la gravité artificielle de la plateforme et s’envole en direction de la sortie. Un calme apaisant se fait ressentir quand le vaisseau franchit le bouclier atmosphérique du port. Peu à peu, la masse disruptive de l’imposante station s’atténue et le commandant de bord engage le moteur de saut.

– Où allons-nous cette fois-ci papa ?
– Je sais que tu tiens à visiter Mars, ce que nous ferons une prochaine fois, je te le promets. Pour l’heure, notre prochaine destination se trouve aux alentours du Soleil, je te laisse deviner !

Le grondement du réacteur s’amplifie et une détonation fait disparaître le vaisseau au milieu des étoiles.


Naviguer vers le prochain épisode !

Vous souhaitez aller plus loin ? Je vous propose d’approfondir vos connaissances grâce aux liens d’articles ci-dessous :

– La planète rouge
– Qu’est-ce que la terraformation ?

Vos impressions et vos commentaires seront les bienvenus en bas de cette page !

Citoyennes, citoyens, restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *