Comment préparer sa soirée d’observation ?

Les curieux, il est temps de se lancer et de sortir son télescope, enfin si ce n’est pas déjà fait ! Mais avant cela, vous êtes-vous posé la question de savoir comment vraiment bien préparer une soirée d’observation ? Car pour profiter pleinement de cette activité nocturne, il est important de ne rien oublier en ayant tout prévu à l’avance.

Peut-être allez-vous me dire que c’est logique, qu’on ne part pas en vacance avant d’avoir coché toute la check-list… Mais avez-vous pensé avant le départ, à régler votre instrument ? A prévoir de quoi tenir de longues heures dans la fraîcheur de la nuit ou même de savoir ce que vous allez observer ce soir ?

Eh oui, nous ne partons pas en vacance mais presque ! Rassurez-vous, préparer sa soirée est beaucoup moins ennuyeux que faire ses valises. Voyons ça ensemble !

Où, quand, comment ?

Vous allez devoir déterminer plusieurs choses. Tout d’abord, il y a le lieu car tous les habitants de la Terre ne voient pas le même ciel au même moment. Ensuite, il faut choisir l’heure à laquelle vous lèverez la tête car la Terre tourne et les étoiles bougent dans le ciel. Pour terminer, il ne reste plus qu’à zapper sur le programme qui vous intéresse ! Autrement dit, observer les objets à portée de vue.

Une chose importante !

A ce stade, vous savez normalement ce que vous voulez faire en astronomie et avec quel type d’instrument vous passerez vos soirées. Dans le cas contraire, stoppez votre lecture et faites un tour par ici ! Et si vous n’avez pas d’instrument, prenez le temps de lire cet article.

Ici, c’est bien non ?

Evidemment que je sais où j’habite mais après, je le pose où mon télescope ?!

C’est en effet un paramètre crucial à prendre en compte : le lieu d’observation. C’est un peu comme au cinéma, il faut choisir la meilleure place sauf qu’ici, il y en aura bien assez pour vous ! Le tout est de respecter ceci :

  • Pour un rendu de qualité, l’observation derrière une fenêtre n’est pas conseillée.
    Saut de ligne
  • Evitez de faire subir des différences de température à votre instrument, cela peut engendrer pas mal de turbulences. Pour ce faire, fuyez les zones restituant la chaleur durant la nuit comme les surfaces en pierre ou bétonnées. Pour les mêmes raisons, évitez les observations d’intérieur fenêtres ouvertes.
    Saut de ligne
  • Observez plutôt le Sud, il comporte un bien plus grand nombre d’objets que le Nord.
    Saut de ligne
  • En zone polluée par la lumière, installez-vous au Sud de celle-ci. Vous serez alors moins gêné par la luminosité parasite de la ville en observant au Sud.
    Saut de ligne
  • Observer en montagne est top ! Méfiez-vous cependant car plus vous prenez de la hauteur, plus vous voyez loin ce qui signifie que si une grande ville se trouve à quelques kilomètres, sa lumière deviendra un ennemi potentiel !

Ce soir, c’est la pleine Lune !

C’est cool, alors vous pouvez rester chez vous… La Lune aime se montrer et quand elle le fait, tout ce petit monde céleste reste planqué. Donc soit vous vous cognez une soirée en tête à tête avec elle, soit vous revenez un autre jour ! Entre le quartier et la pleine Lune, c’est une Lune “gibbeuse”. Les amoureux du planétaire peuvent à ce moment-là tenter quelque chose.

La Lune est donc le premier critère à ne pas négliger !

Bon là, c’est clairement évident mais pensez-y : la météo. Les conditions idéales sont bien entendu un ciel dégagé sans le moindre nuage. Après, la chance est votre seule alliée…

Faites aussi attention à la météo.

Vous n’avez plus qu’à déterminer les objets à observer, facile non ? Ok je sais, il y en a énormément… J’ai un truc simple pour ça : faites constellation après constellation. Sachez que dans chacune d’elles se cachent de nombreux objets insoupçonnés comme des nébuleuses, des galaxies, etc…

Choisissez un coin du ciel et faites une constellation par soir.

D’accord c’est bien, mais un peu casse pied tout de même… Passer son temps sur Google en vue de préparer sa soirée, non merci ! Alors que diriez-vous d’un petit logiciel qui vous indique tout à la fois ?

Rien que ça ! Installez Stellaruim sur votre ordinateur et ce splendide programme vous planifiera votre soirée. En complément ou pour dépanner, vous pouvez également générer librement votre programme sur ce site.

Il va faire tout noir…

Vos yeux, avez-vous appris à vous en servir ? Peut-être pas aussi bien que vous le pensiez !

La pupille de notre œil se dilate dans l’obscurité et se rétracte à la lumière. Plus la dilatation est grande, meilleure est la vue dans le noir. 7 mm est la taille maximum à laquelle la pupille peut se dilater et cette valeur réduit avec l’âge en atteignant les 5 mm vers les 50 ans.

  • 30 minutes minimum sont nécessaires afin que l’œil s’habitue à l’obscurité. Avant cela, vos capacités sont réduites et la moindre loupiotte ne fera qu’augmenter ce temps d’adaptation. Veillez donc à bien acclimater votre vue au milieu nocturne.

Ensuite, des cellules nommées “cônes” réagissant à la couleur se trouvent au centre de l’œil et d’autres appelées “bâtonnets” sensibles à la lumière se situent en périphérie de la rétine.

  • Pour les objets lumineux, observez-les directement œil centré dessus. Ainsi vous capterez mieux leurs couleurs.
  • Utilisez votre vision périphérique en regardant un objet peu lumineux de biais. Votre œil absorbera plus de lumière et aussi surprenant que cela puisse paraître, vous distinguerez cet objet plus clairement dans le ciel.

Préparer son instrument

Mon instrument ? Ça y est, je l’ai sorti du carton et il tient sur son trépied !

Oui mais… avez-vous lu entièrement la notice ? Et le chercheur, est-il bien réglé ? Tout ceci fait partie de la préparation et vous fera également gagner du temps.

Jouez un peu avec !

Sur ce point, je pense qu’il n’y a aucun souci. Une fois reçu et monté, il est évident que l’on fasse “joujou” afin de se familiariser avec la bête. On touche à toutes les molettes, on le tourne dans tous les sens puis… on lit la notice ! Je veux dire, toute la notice. Vous verrez, c’est un peu la Bible de votre instrument. Elle vous apportera tout ce qu’il faut savoir sur son maniement mais aussi comment s’en servir pour commencer vos observations.

Bon, je comprendrai aussi le fait que vous courriez dehors afin de l’essayer, c’est ce que j’ai fait ! Mais ne partez pas tout de suite, il faut au moins…

…régler son chercheur !

Une pratique à réaliser de jour car il faudra prendre un objet fixe pour aligner correctement votre viseur avec le tube optique :

  1. Une fois le chercheur monté sur le tube, glissez le plus gros oculaire (celui qui grossit le moins).
    Saut de ligne
  2. Cherchez une cible comme un clocher ou une cheminée en regardant à travers l’oculaire puis centrez-la au milieu de votre objectif. Si l’image est floue, ajustez la netteté à l’aide de la molette.
    Saut de ligne
  3. Ne bougez plus et serrez bien les freins de votre monture.
    Saut de ligne
  4. Regardez ensuite dans votre chercheur. Si la cible se trouve au centre, tant mieux sinon, réglez-la.Réglage du chercheur

Un petit conseil lors de vos observations : n’oubliez pas de faire une mise au point en ajustant la netteté ! Une erreur courante lorsqu’on débute, pour en avoir fait les frais moi-même… Je peux vous le dire, on a l’air bête !

Acclimater son instrument

Une fois que tout est prêt et que votre programme du soir est calé dans votre poche, sortez votre instrument 30 minutes voire 1 heure avant votre observation. Un peu comme votre voiture lorsque le moteur chauffe, mettre votre instrument en température vous évitera les turbulences dues aux différences de degrés. C’est agréable pour observer le ciel tranquillement sans être gêné par une image instable.

Un autre conseil pour conserver la stabilité : évitez de déployer les pieds de votre instrument. Plus le centre de gravité est bas, meilleure est la stabilité.

S’équiper pour bien observer

Vous voilà enfin prêt, ou presque… Car un bon astronome ne part pas sans son matériel au complet !

Pour être efficace, il faut savoir s’équiper convenablement. Cela ne peut vous paraître que broutilles mais je vous assure que la différence est là ! Voici donc les dernières lignes de votre check-list :

  • Une carte du ciel, outil absolument indispensable ! Si vous suivez mes articles, vous devez certainement connaître l’application Carte du Ciel totalement gratuite. Mais si vous avez peur de subir une panne de batterie, procurez-vous celle de Stelvision.
    Saut de ligne
  • Une lampe LED rouge, pratique lors de vos observations afin de conserver votre “vision nocturne”. Vous avez le choix entre vous en procurer une en supermarché ou vous la fabriquer vous-même. Pour ce faire, prenez une lampe de poche de faible intensité et recouvrez-la d’emballage de Babybel ou utilisez un verni à ongle rouge.
    Saut de ligne
  • Un bloc-notes et un crayon, pour noter toutes vos trouvailles ! Ou servez-vous d’une application smartphone comme Google Keep.
    Saut de ligne
  • Outils de serrage, surtout si les boulons de votre instrument ont tendance à se faire la malle !
    Saut de ligne
  • Une lampe torche, afin de ne rien oublier en quittant les lieux.

Attention au froid !

Le froid peut vite devenir votre pire ennemi et il est dommage de devoir rentrer alors que le ciel est magnifique ce soir. Donc sortez couvert puis apportez une boisson chaude et de quoi grignoter (uniquement lors de vos observations Winking smile). Plusieurs épaisseurs de vêtement sont l’idéal sans omettre vos extrémités : tête, oreilles, nez, doigts…

Isolez-vous du sol également à l’aide d’une plaque de polystyrène, vous conserverez ainsi votre chaleur corporelle plus longtemps.


Vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas mettre le nez dehors. Et n’oubliez pas les maîtres mots de cet article : gain de temps et efficacité !

Dites-m’en plus dans l’espace commentaire en proposant vos méthodes si elles diffèrent de celles-ci et partagez l’article pour les autres astronomes curieux du cosmos !

Citoyennes, citoyens, restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  •  
  • 7
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *