7 objets dans le ciel facilement observables à l’œil nu

Salut les curieux ! Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à l’une des pratiques les plus faciles de l’astronomie : l’observation à l’œil nu. Une occasion pour les curieux fatigués de découvrir la voûte céleste allongés bien confortablement sur un transat en terrasse, ou dans votre canapé devant la cheminée, à vous de voir ! Mais pour la deuxième option, allez plutôt faire un tour sur cet article si ce n’est pas déjà fait. Vous y découvrirez les différentes façons de pratiquer l’astronomie ainsi que quelques notions de base sur le sujet.

En astronomie, le terme d’objets désigne tout ce qu’on peut voir dans le ciel. Il en existe un nombre infini et pourtant, l’œil humain n’en perçoit qu’une quantité ridicule. Néanmoins, cela tombe bien car si vous êtes débutant curieux du cosmos, se contenter de peu vous satisfera davantage. Maintenant, munissez-vous de l’application gratuite Carte du Ciel, et suivez-moi !

La Lune

C’est l’objet du ciel le plus incontournable en astronomie ! Plus proche de la Terre que n’importe quel astre, la Lune nous offre des détails hallucinants de sa surface criblée d’impacts. Fixez-la quelques secondes le temps que votre œil récolte suffisamment de lumière et vous pourrez apercevoir ses aspérités avec plus de précision. Cependant, si vous souhaitez garantir un meilleur résultat, équipez-vous de jumelles. Vous en prendrez plein les yeux !

L’avantage c’est de pouvoir l’observer 3 semaines sur 4 et parfois même de jour ! Elle possède également la caractéristique d’être l’objet le plus lumineux dans le ciel, après le Soleil bien évidemment et ne pose ainsi aucune difficulté à être débusquée ! Malheureusement, lors des soirs de pleine Lune, celle-ci souffre du syndrome du “m’as-tu-vu” et privatise le ciel. A la manière d’un phare de voiture, elle vous “éblouit” et rend tout autre objet du ciel invisible

Le Soleil

Dans la catégorie “m’as-tu-vu”, nous retrouvons également notre Soleil. Pourtant, celui-ci reste souvent oublié des astronomes en herbe.

Alors oui, vous les curieux, je parle bien d’observation dite “à l’œil nu”. Seulement voilà, le meilleur moyen de finir vos jours dans le noir est sans conteste de fixer bêtement le Soleil sans aucune protection ! Quelques secondes suffisent pour que votre rétine brûle irrémédiablement. Je vais donc vous donner deux petites astuces simples à réaliser afin que vous puissiez profiter sereinement de cette expérience.

  • A l’aide d’une loupe, projetez les rayons du Soleil sur une feuille de papier blanc. En fonction de la puissance de votre loupe, ajustez la distance la séparant de la feuille afin d’obtenir un rond lumineux sur celle-ci. Veillez à mettre la feuille à l’ombre pour garantir un résultat visible et augmenter les contrastes.
    Saut de ligne
  • Prenez une boîte à chaussures et percez un trou à l’aide d’une aiguille sur l’une des faces. Orientez le petit orifice vers le Soleil, vous observerez alors sa projection à l’intérieur de la boîte. Pour un meilleur rendement, refermez le couvercle et créez une ouverture afin de pouvoir examiner la petite tache lumineuse. C’est le principe du sténopé.

La première méthode utilise le principe de projection et permet d’observer les taches solaires, siège de champ magnétiques intenses et zone dans lesquelles la température faiblit. Facile et rapide à mettre en place, vous pourrez peut-être voir de petits points noirs apparaître. La seconde méthode vous donnera la possibilité de contempler les éclipses solaires ainsi que ses taches. Et si jamais vous tentez quelque chose, racontez-moi vos expériences, ça m’intéresse !

La Station Spatiale Internationale

Appelée couramment ISS (International Space Station, plus classe à vrai dire), vous l’avez sûrement aperçu durant vos longues nuits d’observation… Ou du moins, vous en avez entendu parler par Thomas Pesquet, la star de l’espace !

Station Spatiale InternationnaleDans le ciel nocturne, elle ressemble à une petite étoile se déplaçant à grande vitesse, peu après le coucher et avant le lever du Soleil, mais encore faut-il tomber dessus… Heureusement la technologie vient une fois de plus à notre secours, et grâce à l’application smartphone Station Spatiale ISS Detector pour Android ou ISS Finder pour iOS, vous serez en mesure de prévoir le passage de cette magnifique boîte de ferraille pressurisée ! Et dans l’immédiat, vous pouvez embarquer à bord de la station et assister en direct aux communications sur le Live ISS Stream.

La Voie Lactée

Notre système solaire se situe en banlieue de notre galaxie et de ce fait il y a deux façons de contempler la Voie Lactée :

  • L’été
    D’une saison à l’autre, sa luminosité varie selon la position de la Terre autour du Soleil, mais si vous souhaitez admirer cette beauté sur son 31, rendez-vous sous un ciel de campagne bien dégagé durant la période estivale. C’est à ce moment que notre galaxie offre le meilleur panorama, car son bras le plus lumineux et riche en étoiles est visible.
    Saut de ligne
  • L’hiver
    Ceci dit, il est tout à fait possible de la voir à cette période de l’année, néanmoins le spectacle sera moins surprenant.

Voie LactéeSi vous n’avez jamais eu la chance de pouvoir l’admirer, cherchez sous la voûte céleste une grande traînée blanchâtre. Elle fait partie des rares objets du ciel profond à pouvoir être aussi bien distinguée parmi les étoiles, mais comme tout objet de cette catégorie, son observation exigera un ciel pur sans aucune pollution lumineuse. Donc si vous habitez en ville, oubliez la Voie Lactée et réservez vos soirées pour faire du planétaire.

Nos planètes

Bon, côté planète, il faut avouer que sans instrument, il ne faut pas être trop gourmand. Il n’empêche de se dire que parmi ces petits points brillants là-haut, certains sont des planètes de notre système solaire situées à “seulement” quelques milliers de kilomètres. Je trouve cela simplement fascinant…

Sachez malgré tout qu’elles ne sont pas toutes visibles directement :

  • Au sein des huit planètes composant notre système, cinq d’entre elles restent apparentes :
    Saut de ligne
    – Mercure
    – Vénus
    – Mars
    – Jupiter
    – Saturne

Par contre, pour observer Uranus et Neptune, il faudra se doter d’une lunette ou d’un télescope.

Le problème lorsque nous tentons de les repérer dans le ciel, est que nous avons du mal à faire la distinction entre planète de notre système ou étoile lointaine. Pour cela, une méthode simple : contrairement aux étoiles, les planètes ne scintillent pas. Grâce à l’application Carte du Ciel, repérez celles qui peuvent être observées. Vous pouvez aussi utiliser vos jumelles, mais elles ne vous apporterons pas plus de détails, hormis peut-être Jupiter, accompagnée de ses quatre plus gros satellites.

Quelques constellations

Pour débuter l’astronomie, il est amusant de pouvoir repérer les constellations les plus connues afin de mieux s’orienter dans le ciel étoilé. Pour ce faire, je vais vous parler des Etoiles Circumpolairesconstellations circumpolaires. C’est sans doute un terme barbare au premier abord, mais il prend tout son sens par la suite. Nous disons d’un astre qu’il est circumpolaire lorsqu’il ne disparaît jamais sous l’horizon. Ainsi, il est possible de l’observer à n’importe quel moment de l’année, et je dirai que c’est plutôt sympathique car nul besoin de prévoir quand lever les yeux ! Par contre, chacun des deux pôles de la Terre possèdent leurs propres objets circumpolaires, donc les habitants du pôle Sud ne verront jamais ceux du pôle Grande OurseNord, et vice-versa.

Si vous résidez dans l’hémisphère nord, je vous conseille d’observer la Grande Ourse, qui est l’une des constellations circumpolaires la plus célèbre mais aussi la plus facile à repérer. Et parmi ses voisines, il y a bien entendu la Petite Ourse, Cassiopée, Céphée, la constellation du Dragon et celle de la Girafe, de quoi largement impressionner votre entourage ou plutôt, parfaire vos connaissances en astronomie !

La nébuleuse d’Orion

Comme la Voie Lactée, la nébuleuse d’Orion fait partie des objets du ciel profond, mais pas n’importe lequel. Les nébuleuses sont en général réservées aux gros télescopes mais, celle d’Orion en revanche, reste accessible à l’œil nu directement ou du moins, aidé d’une bonne paire de jumelles pour un résultat plus net.

Afin de percer les mystères de cette nébuleuse, repérez la grande constellation d’Orion avec votre application puis cherchez sa ceinture, représentée par trois étoiles alignées. En dessous de la deuxième étoile, pointez vos jumelles sur ce qui ressemble à une autre étoile, tout aussi lumineuse. Vous tomberez alors sur un petit nuage diffus, la nébuleuse d’Orion.

Nébuleuse d'Orion

Cette liste, non exhaustive, vous permettra de bien débuter votre apprentissage de l’astronomie et de vous familiariser avec les objets du cosmos.

Cet article vous a plu ? Répandez le virus en le partageant !

Et n’oubliez pas, votre avis m’intéresse ! Alors si quoi que ce soit vous traverse l’esprit, faites m’en part dans l’espace commentaire en bas de cette page 😉

Sur ce, citoyennes, citoyens, restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.