3 astuces pour observer le Soleil sans danger

Il fait un temps splendide aujourd’hui, les nuages sont rentrés chez eux et le Soleil pointe ses rayons sur votre visage. Super ! Mais que faire en attendant votre soirée d’observation qui s’annonce magnifique ? Eh bien, allons observer notre étoile puisqu’elle est là.

Mais alors, pourquoi s’y intéresser de près ? Et bien sachez qu’il s’en passe des choses là-haut ! L’activité solaire a des répercussions sur tout notre système et celles-ci se manifestent également sur Terre. Aux pôles par exemple, les aurores sont la réaction entre le champ magnétique terrestre et les éruptions solaires.

Bon, je ne vais pas vous faire un exposé sur le Soleil. Je vais simplement vous détailler trois petites astuces faciles à réaliser afin que vous puissiez observer les éclipses ainsi que les taches solaires, sujets que j’ai brièvement abordés dans cet article.

Avant de commencer !

Ah oui, une dernière chose évidente mais super-importante : ne regardez jamais le Soleil directement sans protection, vous perdriez la vue ! C’est bête à dire, mais je préfère le préciser… Et bien entendu, les lunettes de soleil ne comptent pas !

La méthode par projection

L’idée est simple : à l’aide d’un objet grossissant comme une loupe par exemple, la lumière sera projetée sur un écran afin que vous puissiez observer le résultat. Vous souvenez-vous des vieux rétro-projecteurs qu’utilisaient votre professeur en cours ? Ces machines fonctionnent par ce même principe sauf qu’ici, au lieu d’avoir une image du cours en question, vous aurez celle du Soleil !

Cette méthode est la plus simple des trois à mettre en place. Pour cela, il vous suffit d’une loupe et d’une feuille blanche. Vous pouvez également, si vous n’avez pas de loupe, utiliser vos jumelles ou votre instrument astronomique. Attention toutefois avec ce dernier, quelques précautions seront à prendre afin de ne pas l’endommager !

La loupe et la feuille

Ok, munissez-vous d’une petite loupe ainsi que d’une simple feuille A4 blanche. Projetez la lumière du Soleil à travers votre monoculaire sur la feuille et observez ce qui se passe. Afin d’augmenter le contraste entre la lumière du jour et votre projection, mettez la feuille à l’ombre.

Voilà, le tour est joué ! Faites de même si vous optez pour la paire de jumelles en obturant l’un des deux objectifs, sinon deux projections se chevaucheront et le résultat sera trouble…

Attention à votre instrument !

Vous visez gros ? La loupe ou les jumelles ne vous intéressent pas ? Soit, vous pouvez aussi très bien vous servir de votre lunette ! Je vous déconseille cependant le télescope, vous risqueriez de noircir ses miroirs et de vous tirer les cheveux par la suite !

Mais alors, quelle autre précaution faut-il prendre si on se sert de sa lunette favorite ? Je me souviens d’un épisode dans lequel MacGyver allumait un feu à l’aide d’une simple loupe… Bon d’accord il s’agissait de MacGyver, mais en gros l’idée était là ! La différence entre une lunette et une loupe est le nombre de lentilles qui les compose. En laissant pénétrer trop longtemps la lumière dans le tube, il risquerait de chauffer ce qui décollerait les lentilles.

Un petit conseil dans ce cas : gardez toujours le cache obturateur à portée afin de recouvrir l’objectif de votre lunette, après quelques secondes de projection sur la feuille évidemment.

Le principe du sténopé

C’est quoi ça encore ! En fait, un sténopé est un petit trou par lequel passe la lumière. Les tous premiers appareils photo étaient fabriqués de la sorte : une boîte percée d’un trou minuscule servait de chambre noire. La lumière passait à travers ce trou et venait se réfléchir sur un support photosensible à l’intérieur de la boîte afin de capturer l’image.

Et nous allons faire pareil ! Sauf qu’au lieu de mettre du papier photographique, nous allons directement observer le phénomène sur une simple feuille blanche. Il vous faudra donc : une boîte (de chaussures ou de céréales… vide !), une aiguille pour percer le trou, une feuille blanche, du papier aluminium (pour le trou), des ciseaux et du scotch.

Avant de se lancer dans la conception, il faut savoir que plus la boîte sera petite, plus l’image le sera également. En fait, il s’agit de la distance entre le trou et la feuille.

Je vais donc vous donner quelques mesures à respecter :Tableau des mesures

Bien, maintenant que vous avez tout ce qu’il faut, retroussez-vous les manches ! Normalement, vous devez obtenir quelque chose comme ça :Boîte à image

A l’aide d’un filtre solaire

Si vous avez un télescope, alors vous ne serez pas déçu ! Les filtres solaires s’appliquent à l’entrée du tube de l’instrument et il est nécessaire de garder à l’esprit que seul ce type de filtre vous autorise à regarder directement dans l’oculaire. Mais alors, quel filtre faut-il choisir ?

Il y en a qu’un seul et celui-ci doit être capable d’atténuer 100 000 fois la lumière du Soleil. Ça fait beaucoup, mais dite vous que votre instrument condense toute la lumière en un point, donc il ne faut pas plaisanter sur les normes !

Vous avez le choix entre vous en procurer chez un fournisseur, comme celui-ci par exemple, ou en fabriquer un vous-même pour moins de 5 euros… Vous allez me dire, le choix est vite fait !

Le fabriquer !

Encore une fois, pas besoin d’être bricoleur. Comme pour la boîte à éclipse, quelques notions de découpage/collage suffiront, je pense que ça devrait aller !

Ok maintenant, il vous faut : une feuille de Mylar, une paire de ciseaux et quelques gros élastiques.
Quoi, le Mylar ? Ça ressemble à de la feuille d’aluminium et ne laisse passer qu’un rayon sur 100 000. Vous l’avez donc reconnu, il s’agit du filtre solaire de notre fournisseur cité plus haut. La différence est que vous trouverez des rouleaux de Mylar pour moins de 3 euros sur internet ou chez des vendeurs spécialisés en astronomie, le top !

Il ne vous reste plus qu’à recouvrir l’objectif de votre tube d’une feuille de Mylar puis de la fixer solidement à l’aide de vos élastiques. Veillez à ce qu’ils ne vous lâchent pas pendant votre observation ! Si cela arrive et que la feuille glisse de votre tube, vous risqueriez de vous brûler la rétine, au sens propre du terme…

Ah oui ! Si vous possédez un chercheur à grossissement, n’oubliez pas de le recouvrir également ! Winking smileFiltre en Mylar


Vous avez tout le nécessaire afin de profiter de vos belles journées ensoleillées ! Si toutefois la fibre pratique ne fait pas partie de vos compétences, vous pouvez toujours relooker votre style avec ces magnifiques lunettes !

N’hésitez pas à vous faire plaisir en famille et faite l’expérience avec vos enfants : vous ferez des heureux et par la même occasion, ils apprendront de belles choses !

Partagez vos expériences dans l’espace commentaire, elles m’intéressent ! Et puisque vous y êtes, partagez également cet article s’il vous a inspiré !

Citoyennes, citoyens, restez curieux !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    11
    Partages
  •  
  • 11
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *